1/2. Questionnaire en ligne
Certaines réponses à ce questionnaire proposé aux visiteurs du site ont été utilisées pour consolider les recommandations de la charte.
2/2. Charte éditoriale (couverture et signets)
La version complète de la charte est proposée dans un document PDF équipé de signets.

Sur un ordinateur, le défilement automatique du diaporama peut être stoppé en le survolant avec la souris.

Cet élément de portfolio est volontairement peu illustré car il évoque un document dont la diffusion est interne au groupe auquel j’appartenais. Il n’est donc pas question ici de le divulguer (!), mais j’ai souhaité évoquer le contexte et l’élaboration de ce document à titre d’exemple d’une initiative et d’un projet visant à une meilleure gestion éditoriale.

Le constat : des annonces qui pourraient être plus homogènes

À la FNSAFER, mes fonctions au sein du service communication incluaient la gestion au niveau national d’un site d’annonces foncières, Proprietes-rurales.com. Après avoir apporté diverses améliorations techniques et ergonomiques à ce site, après avoir également équipé le site de plusieurs pages générales, j’ai proposé de contribuer à optimiser son contenu principal : les annonces, publiées directement par les Safer.

Mes interventions éditoriales sur ces annonces se sont longtemps bornées à quelques corrections mineures, discrètes et ponctuelles, dans le sillage de ce que faisait la personne qui me précédait à mon poste. Il y avait suffisamment à faire par ailleurs pour ne pas nécessairement aller plus loin de ce côté. D’autant que les aspects « commerciaux » du groupe sont la prérogative des Safer et non de leur fédération, or ces annonces relèvent bien sûr de l’activité commerciale des Safer.

Mais le contenu et la qualité très inégaux des annonces n’étaient pas sans poser des problèmes d’image vis-à-vis des internautes. Que penser d’un site dont certaines annonces n’ont aucune photo quand la plupart en ont ? Dont certaines annonces ont des titres qui peuvent courir sur quatre lignes ? Dont les descriptifs sont ça et là un peu jargonneux, alors que le public de ce site n’est pas fait que d’agriculteurs ?

Certes, ces difficultés éditoriales étaient tout sauf surprenantes :

  • bien que ce site ait plus de dix ans, ses — nombreux — contributeurs ne disposaient encore d’aucun référentiel éditorial commun ;
  • les sociétés qui composent le groupe, dont l’effectif est très variable, n’allouent pas toutes les mêmes ressources ni les mêmes profils pour créer des annonces ;
  • les contributeurs, souvent éloignés les uns des autres et appartenant souvent à des entités distinctes, n’échangent pas ou peu entre eux, ne suivent pas tous les mêmes procédures et n’utilisent pas tous les mêmes outils ;
  • enfin, la publication d’annonces sur ce site n’est souvent qu’une activité des contributeurs parmi d’autres.

Mais bien que compréhensibles, ces disparités entre annonces ne pouvaient être durablement ignorées par mon service ; elles nuisaient sans doute non seulement à la réputation du site, mais aussi à l’image du groupe dans son ensemble — ce site est sans doute de loin le plus consulté de ceux qui représentent le groupe. Bref, le groupe avait sûrement intérêt à tenter de faire mieux en matière d’annonces.

C’est ainsi que j’ai proposé à ma hiérarchie, puis aux Safer, de doter les contributeurs d’une toute première charte éditoriale Web de groupe. En posant des repères et en formulant des recommandations auprès des contributeurs, en amont de la création des offres et au nom d’une meilleure communication, je voulais sinon supprimer, du moins atténuer certains problèmes éditoriaux patents des annonces du site. Cette proposition a été acceptée.

La réalisation du projet : un travail de plus en plus collégial

La première partie de l’élaboration de la charte a été relativement solitaire ; il me revenait de donner davantage corps à mon initiative. J’ai commencé par inventorier les problèmes fréquemment rencontrés à la lecture des annonces, au regard des bonnes pratiques de publication en ligne et de l’objectif de renforcement de leur cohérence. J’ai ensuite effectué une recherche documentaire sur les meilleures pratiques en matière de création d’annonces foncières et immobilières en ligne. J’ai consolidé mes préconisations en tirant parti des résultats d’un questionnaire en ligne adressé aux visiteurs du site. Dans le document, j’ai accompagné les règles d’illustrations, d’explications, puis d’un des trois niveaux de recommandation définis.

Cependant, dès ces premières étapes, mon travail d’élaboration a été ponctué de fréquents échanges avec mes deux collègues du service communication. Parmi les difficultés identifiées en équipe, nous nous sommes un peu inquiétés de voir le document grossir de façon importante au fil du temps. À proposer trop de règles et trop d’explications, je prenais le risque d’impressionner et de dissuader des contributeurs. À cela s’ajoutait un impératif : si nous voulions que ces règles deviennent des références pour les contributeurs, elles devaient être facilement consultables à tout moment, sans pour autant encombrer leur bureau. Nous avons donc convenu que parallèlement à la version complète de la charte, aussi synthétique que possible, une affichette résumant son contenu serait réalisée par la suite ; ce support plus léger pourrait être placardé non loin du poste de travail et renverrait à la version complète.

Les 70 règles du projet de charte ont été soumises au vote des responsables régionaux du site, qui en ont adopté 69 par questionnaire en ligne, moyennant quelques ajustements déterminés ultérieurement, en réunion, avec les Safer. Je me suis occupé de la mise en page du document, puis j’en ai fait un document PDF équipé de signets. Je l’ai mis sur l’intranet du groupe et j’en ai assuré la promotion en interne avec mes collègues.

Une partition achevée mais qui reste à interpréter

Cette charte sera-t-elle appliquée par les Safer ? Indiquons d’abord que la charte ne comporte que très peu de règles obligatoires car la fédération ne peut rien imposer à ses sociétés membres (en ce sens, il s’agit davantage d’un guide éditorial). Ensuite, même si la petite affichette prévue est réalisée et distribuée, la pleine application de la charte n’est envisageable qu’à moyen terme car mettre en œuvre certaines règles demandera du temps. Enfin, les évolutions que préconise ce document auraient dû être complétées d’une démarche d’accompagnement du changement (qui aurait d’ailleurs sûrement conduit à un enrichissement de la charte initiale, avec les contributeurs). Mais j’ai quitté mes fonctions avant que cela puisse être entamé.

Il est donc bien trop tôt pour faire un bilan de la portée de ce travail pour les Safer ; ce n’est qu’une modeste première pierre. Mais j’ai la satisfaction d’avoir achevé la première mouture de cette charte avant mon départ, avec les collègues du groupe, et d’avoir reçu plusieurs félicitations en interne suite à cette initiative.